Passer au contenu principal

Biographies des bénéficiaires de nomination

Centre D’Assistance Juridique En Matière De Droits De La Personne

ENA CHADHA

Ena Chadha est avocate et fière de faire partie de la communauté sud-asiatique de Brampton. Mme Chadha a récemment été commissaire en chef de la Commission ontarienne des droits de la personne et co-examinatrice dans le cadre de l’examen du racisme systémique au conseil scolaire Peel District School Board. Auparavant, elle a été vice-présidente du Tribunal des droits de la personne de l’Ontario (2007-2015) et directrice du contentieux à la clinique ARCH Disability Law Centre (1999-2007). Elle est intervenue devant divers tribunaux, y compris lors d’importantes contestations constitutionnelles à la Cour suprême du Canada. Titulaire d’un grade en journalisme ainsi que d’un baccalauréat et d’une maîtrise en droit, elle possède aussi des certificats en règlement extrajudiciaire des différends (avancé), en plaidoirie intensive de première instance et en droit de la santé mentale. Elle enseigne le cours « Power & Politics » à l’école d’administration des affaires Schulich et a publié de nombreux ouvrages sur les droits à l’égalité. Elle mène des enquêtes impartiales sur des allégations complexes concernant le racisme, le harcèlement, l’intimidation et les milieux toxiques. En tant que survivante, Mme Chadha participe à des initiatives caritatives contre le cancer du sein.

PATRICK NADJIWAN

Patrick Nadjiwan est membre de la Première nation des Chippewas de Nawash. M. Nadjiwan pratique le droit des Autochtones depuis quinze ans, offrant des conseils juridiques de nature générale à une clientèle composée de gouvernements des Premières nations, de conseils tribaux, d'organisations et de particuliers autochtones. M. Nadjiwan possède son propre cabinet d'avocats, Nadjiwan Law Office, et s'appuie sur une expérience diversifiée dans les domaines des litiges, de la gouvernance des Premières nations, de la gouvernance d'entreprise, du droit administratif, du droit du travail et du droit constitutionnel.

GARY PIETERS

Gary Pieters est enseignant depuis plus de 25 ans et actuellement directeur d’école au conseil scolaire Toronto District School Board (TDSB). Il défend la justice sociale, soit à titre de président de l’Alliance urbaine sur les relations interraciales de 2012 à 2015, de conseiller au gouvernement provincial sur l’équité en éducation à titre de membre du Conseil consultatif ministériel de l’éducation de l’enfance en difficulté du ministère de l’Éducation de l’Ontario, ou comme membre du panel consultatif sur la modernisation de la mesure du rendement de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE). M. Pieters est également vice-président et membre de la Société de fiducie portant sur la zone résidentielle des îles de Toronto. Il possède des connaissances approfondies et une longue expérience en développement communautaire, mobilisation des jeunes, équité, inclusion, diversité, lutte contre le racisme, oppression et racisme à l’encontre des Noirs.

MARY JOE (MARIA JOSE) FREIRE

Mary Joe Freire a toujours axé sa carrière et son engagement communautaire sur l’amélioration de la vie des gens. À ses débuts, elle a été directrice générale du Portuguese Information Centre de Cambridge, en Ontario. Plus tard, en tant qu’employée de la fonction publique de l’Ontario, elle a gravi les échelons à différents postes et, lorsqu’elle a finalement pris sa retraite, elle occupait celui de directrice régionale au ministère de la Formation et des Collèges et Universités. À ce titre, elle a travaillé dans les régions du Nord et du Sud-Ouest de l’Ontario. Elle a entre autres contribué à la vie communautaire en siégeant au conseil d’administration d’organismes sans but lucratif et en faisant du bénévolat dans le secteur des soins de longue durée et, plus récemment, au Kitchener-Waterloo Multicultural Centre. Bachelière ès arts de l’Université Wilfrid Laurier, elle est également titulaire d’une maîtrise en administration publique de l’Université Queen’s. Elle a également suivi un programme de formation des cadres supérieurs de la Rotman School of Management. Son cheminement professionnel, son action communautaire et ses études lui ont permis d’acquérir une compréhension des questions de justice sociale, de gouvernance et de responsabilité, et de s’engager à cet égard.

MARTIAL MOREAU

Martial Moreau a reçu une distinction pour services bénévoles du ministère des Affaires civiques et culturelles de l’Ontario en reconnaissance de son travail à Centraide de Sault Ste. Marie et du district d’Algoma. À l’échelle provinciale, M. Moreau a été membre de l’Ordre des praticiens en médecine traditionnelle chinoise et des acupuncteurs de l’Ontario, dont il détient un certificat de service. Il est également membre actif du Comité consultatif en ressources humaines du conseil d’administration de VON Canada (Infirmières de l’Ordre de Victoria du Canada), à Ottawa. M. Moreau est diplômé de l’Université d’Ottawa et détient le titre de conseiller en gestion financière de l’Institut canadien des valeurs mobilières.

TAMAR WITELSON

Tamar Witelson est directrice des services juridiques de la Barbra Schlifer Commemorative Clinic, qui fournit des services juridiques et d’autres aides aux victimes de violences sexistes. Tamar a travaillé pendant 20 ans dans plusieurs domaines du droit de la justice sociale. Elle a été directrice juridique de METRAC Action on Violence; elle a exercé en tant qu’avocate syndicale en droit du travail et en droits de la personne; elle a travaillé sur des questions liées à la Constitution et à la Charte en tant qu’avocate à la Direction du droit constitutionnel du ministère du Procureur général; elle a été avocate au Tribunal des droits de la personne de l’Ontario; ainsi qu’avocate salariée au Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes (FAEJ). Tamar a développé des ressources d’éducation juridique liées à la violence sexiste dans les domaines du droit de la famille, de l’immigration, de l’emploi et de la violence sexuelle. Elle a corédigé des déclarations publiques sur l’impact de la législation sur les femmes, dans les domaines du droit de la famille, de l’immigration et du droit pénal, elle a fait des présentations devant un comité de la Chambre des communes, et elle a travaillé sur des mémoires pour des affaires devant la Cour d’appel de l’Ontario et la Cour suprême du Canada. Tamar a été greffière à la Cour suprême du Canada et, avant de faire des études de droit, elle a travaillé pendant douze ans comme journaliste à la télévision. Tamar est titulaire d’un baccalauréat en droit de l’Université Queen’s, d’une maîtrise en anglais de l’Université d’Ottawa ainsi que d’une maîtrise en journalisme de l’Université de Western Ontario et d’un baccalauréat ès arts (avec distinction) de l’Université de Toronto.